press to zoom
press to zoom
1/1

Cliquer sur les images pour les afficher intégralement et les ouvrir dans un nouvel onglet

Nuit du 18 juin 2018, Nerpio

C11 Edge HD Réducteur de focale x0.72 ATIK 4000 MM

10 poses unitaires de 150 secondes en filtre L, R, G et B

Résolution de 0.78"


NGC 6921

Un AGN pas si variable que ça !

Vulpecula vue par Hevelius
press to zoom
1/1

Introduction

Où l'on voit l'importance de toujours améliorer la qualité des mesures...

press to zoom
1/1

Crop dans l'image

Description

NGC 6921 (= PGC 64768) est une galaxie lenticulaire du Petit Renard (Vulpecula) de magnitude 13,4 de type S D ~ (Simbad 2021) (de type  S0 / a? selon de Vaucouleurs) découverte le 6 septembre 1863 par Albert Marth.


John Dreyer l’a décrite comme "faible, faible, étendue". Sa taille apparente est de 0,9’ x 0,2’" dans son catalogue NGC.


Il s’agit une galaxie LINER chez qui avait été décrite initialement une variabilité de l’émission du Noyau Galactique Actif (AGN). En fait, son étude est délicate puisque proche du plan Galactique (δGal = -7 °) avec une extinction galactique de premier plan (≈1 mag) rendant difficile son analyse optique (il suffit de regarder le nombre d’étoiles dans ce champ…).


Elle constitue, avec MCG+04-48-002, sa proche voisine de droite sur l'image, une Paire de Galaxies.

press to zoom
1/1

La Paire NGC 6921 et MCG+04-48-002

Un peu de science

Or une nouvelle étude publiée en 2013 sur NGC 6921 et MCG + 04-48-002 (sa proche voisine de droite sur l'image) a montré que contrairement à ce qui avait été écrit avant, NGC 6921 n'avait pas de variabilité d'émission mais que les insuffisances de résolution des observations précédentes (Swift/XRT et XMM-Newton vs NuSTAR) avaient fait méconnaître un AGN "double" de NGC 6921 et de MCG + 04-48-002, dont la survenue était probablement liée à la fusion débutante des deux galaxies, les auteurs émettant l'hypothèse que les fusions de grandes galaxies proches (<30 kpc) étaient probablement efficaces pour déclencher des AGN (conditions nécessaires proposées : faible écart redshift (<500 km/s) et physique (25,2 kpc) entre les deux galaxies hôtes).

Cliquer sur les images pour les afficher intégralement et récupérer des informations complémentaires

Il est à noter que la plupart des noyaux galactiques actifs (AGN) détectés au cours de la dernière décennie,  ont été trouvés soit par hasard soit par des campagnes d'observation systématiques en spectroscopie optique, X ou radio.


Une étude sur l’évolution des trous noirs supermassifs (SMBH - Super Massive Black Holes) publiée plus récemment (2017) - incluant des observations de NGC 6921 et de sa voisine ainsi que de 51 autres paires de galaxies - a par ailleurs permis de confirmer une hypothèse théorique que la quantité de matière autour des SMBH augmentait durant les dernières phases de la fusion par afflux importants de gaz vers les parsecs internes lors de la fusion des galaxies, activant une accrétion rapide des SMBH et donnant lieu à l’apparition de noyaux galactiques actifs (AGN).


La boucle est bouclée ;)

Références :

NuSTAR Resolves the first dual AGN above 10 keV in SWIFT J2028.5+2543. M. J. Koss, A. Glidden, M. Baloković, D. Stern, I. Lamperti, R. Assef, F. Bauer, D. Ballantyne, S. E. Boggs, W. W. Craig " The Astrophysical Journal Letters, Volume 824, Number 1. Pub juin 2013


Growing supermassive black holes in the late stages of galaxy mergers are heavily obscured. C. Ricci, F. E. Bauer, E. Treister, K. Schawinski, G. C. Privon, L. Blecha, P. Arevalo , L. Armus , F. Harrison, L. C. Ho, K. Iwasawa,D. B. Sanders, D. Stern. Mon. Not. R. Astron. Soc. 000, 1–?? (2017) Printed 21 March 2017

Date  de création : 

Date  de modification :

25 06 2018

07 05 2021