Constellation

         du BELIER

Le Bélier est l'une des constellations de l'hémisphère nord située sur l'écliptique entre les Poissons à l'Ouest et le Taureau à l'Est.

Etroitement associé au mythe de la Toison d'Or, il s'agit de l'un des 48 astérismes décrits par l'astronome Ptolémée du IIe siècle, et reste l'une des 88 constellations modernes.

Constellation de taille moyenne, elle présente une superficie de 441 degrés carrés (soit 1,1% de la sphère céleste).

b%C3%A9lier_edited.jpg

Constellation du Bélier dans le Johannis Hevelii prodromus astronomiae (également connu sous le nom d'Uranographia) par Johannes Hévélius. 1690.

Dans la majorité des civilisations antiques l'ayant côtoyé, le bélier a pris une grande force symbolique et bien que les symboles qui lui étaient associés variaient d'une mythologie à l'autre, il existait malgré tout une certaine similitude et il était notamment l'incarnation de la force de la nature. Il peut paraître surprenant qu'un herbivore de taille modeste ait une si grande prérogative, mais c'est peut-être justement le contraste net qui existe entre cet animal si paisible en temps normal qui devient parfois capable de se lancer dans des joutes d'une extrême violence qui fascinait tant les hommes.

Ses cornes, en forme de spirale, sont également un élément symbolique très fort que l'on retrouve sur les casques, sur les armes de butoir (bélier de siège), à la proue de certains bateaux ou dans l'architecture comme motif de tête de bélier.

Dans l'Ancien Testament et le Coran, le bélier est cité comme animal sacrificiel. Il est associé au sacrifice d'Abraham Ibrahim.

Dans la mythologie celte, le bélier symbolise la force de la nature ainsi que la fertilité.

Dans la mythologie grecque, le bélier est également un symbole important dont le mythe de la toison d'or n'est que l'un des nombreux aspects. Le bélier est un des animaux favoris d'Hermès.


La constellation du Bélier est l'une des plus anciennes constellations et symbolisa quasiment toujours un bélier à travers l'histoire. Il occupait une place importante dans la vie de presque tous les anciens peuples ; facilement domestiqué et utilisé pour sa viande et sa laine, le bélier était également très apprécié pour son importance religieuse. C'était l'animal préféré pour apaiser les dieux sur l'autel sacrificiel, et de nombreuses divinités anciennes étaient représentées avec une tête de bélier.

Le Bélier est l'une des treize constellations qui englobent l'écliptique, la trajectoire apparente du Soleil, de la Lune et des planètes à travers le ciel, et c'est l'une des douze constellations écliptiques traditionnelles qui composent le zodiaque astrologique.

Il y a plus de deux mille ans, en pleine antiquité, le soleil se trouvait dans la constellation du Bélier au moment du premier jour du printemps (dans l'hémisphère nord) - on parle d'équinoxe vernal -, à un endroit nommé le Premier Point du Bélier. Cependant, en raison de la précession de l'axe de la Terre, le Soleil a glisser dans la constellation des Poissons au premier jour du printemps (vers l'époque de la naissance du Christ), et, dans 700 ans, il sera dans le Verseau (phénomène appelé la précession des équinoxes).

Aries & Musca Borealis ", planche 16 du Miroir d'Uranie, un ensemble de cartes célestes accompagnées d'un traité familier d'astronomie par Jehoshaphat Aspin. Londres. Carte astronomique, tirage sur carton. 1825. Eau-forte, coloriée à la main.

MYTHOLOGIE

Bien que le Bélier en soit venu à représenter spécifiquement le bélier dont la toison est devenue la Toison D'or de la mythologie grecque, il représente un bélier depuis la fin de l'époque babylonienne. Et avant cela, les étoiles du Bélier formaient un ouvrier agricole.

D'autres cultures ont incorporé les étoiles du Bélier dans leurs constellations, notamment sous la forme d'inspecteurs jumeaux en Chine ou d'un marsouin aux Îles Marshall.

Le Bélier est une constellation relativement faible, ne possédant que quatre étoiles brillantes :

  • Hamal (Alpha Arietis, de deuxième magnitude),

  • Sheratan (Beta Arietis, de troisième magnitude),

  • Mesarthim (Gamma Arietis, de quatrième magnitude)

  • et 41 Arietis (également de quatrième magnitude).

Le Bélier représenté dans l'Urania's Mirror, un ensemble de cartes des constellations

Dans la description du zodiaque babylonien donnée dans les tablettes d'argile connues sous le nom de Mul.Apin 𒀯𒀳, le Bélier correspondait à la dernière station le long de l'écliptique.  Le Mul.Apin est le titre conventionnel donné à un recueil babylonien qui traite de nombreux aspects divers de l'astronomie et de l'astrologie babyloniennes. Il s'inscrit dans la tradition des catalogues d'étoiles pré-existants, mais représente une version étendue fondée sur une observation plus précise, probablement compilée vers 1000 av. J.-C.

Le texte répertorie les noms de 66 étoiles et constellations et donne en outre un certain nombre d'indications, telles que les dates de montée, de coucher et de point culminant, qui aident à tracer la structure de base de la carte des étoiles babyloniennes.

CatalogueUruk_edited.jpg
tablette_edited.jpg

Le Bélier moderne y était connu sous le nom de Mullu.Hun.Ga, 𒀯𒇽𒂠𒂷, "le travailleur agraire" ou "l'homme engagé". Bien que probablement compilé au 12ème ou 11ème siècle avant JC, le Mul.Apin reflète une tradition qui marquait l'équinoxe vernal dans les Pléiades , ce qui était le cas au début de l'âge du bronze moyen.

Les premières références distinctes identifiables du Bélier en tant que constellation proviennent de bornes qui datent de 1350 à 1000 av JC. Sur plusieurs d'entre elles, une figure de bélier zodiacale est distincte des autres personnages présents.

Le changement d'identification de la constellation de l'ouvrier agraire au Bélier s'est probablement produit dans la tradition babylonienne ultérieure, en raison de son association croissante avec Dumuzi le berger. 

Le Bélier dessiné dans l'atlas de Jamieson

AriesJamieson_edited.jpg

La constellation du Bélier. Planche d'A Celestial Atlas comprenant une série de trente cartes illustrées par une description scientifique de leur contenu et accompagnées de catalogues d'étoiles et d'exercices astronomiques. Alexander Jamieson. 1822

Amon-Ra (l'esprit des quatre éléments, lame du monde matérial), N372.2., Brooklyn Museum

Dans l'astronomie égyptienne antique, le Bélier était associé au dieu Amon-Ra, qui était représenté comme un homme à tête de bélier et représentait la fertilité et la créativité.

Parce qu'il était le lieu de l'équinoxe vernal, il a été appelé "l'indicateur du soleil ressuscité".

Pendant les périodes de l'année où le Bélier était en vue, les prêtres transformaient les statues d'Amon-Ra en temples, une pratique qui a été modifiée par les astronomes perses des siècles plus tard.

Le Bélier a acquis le titre de «Seigneur de la Tête» en Égypte, faisant référence à son importance symbolique et mythologique.

Amon-Ra (l'esprit des quatre éléments, lame du monde matérial), N372.2., Brooklyn Museum

Phrixos et Helle.jpg

Dans l'astronomie hellénistique, la constellation est associée au bélier doré de la mythologie grecque qui sauva Phrixos et Helle sur l'ordre d'Hermès, emmenant Phrixos au pays de Colchide.  

Phrixos et Helle étaient le fils et la fille du roi Athamas et de sa première épouse Nephele. La deuxième épouse du roi, Ino, était jalouse et souhaitait tuer ses enfants. Pour ce faire, elle provoqua d'abord une famine en Béotie puis falsifia un message de l'Oracle de Delphes disant que Phrixos devait être sacrifié pour mettre fin à la famine. Athamas était sur le point de sacrifier son fils au sommet du mont Laphystium lorsque le Bélier, envoyé par Nephele, arriva, emmenant les deux jumeaux. Mais Helle tomba du dos d'Aries en vol et se noya dans les Dardanelles, également appelées Hellespont en son honneur.

monaie Phrixos.jpg

A son arrivée en Colchise, Phrixos sacrifia le bélier à Zeus et donna la toison à Aeëtes de Colchis, qui le récompensa en lui offrant sa fille Chalciope. Aeëtes accrocha sa peau dans un lieu sacré où elle devint connue sous le nom de Toison d'or et était gardée par un dragon. Dans un mythe ultérieur, cette Toison d'or sera volée par Jason et les Argonautes.

Ashwini.jpg

Dans l'astronomie chinoise traditionnelle, les étoiles du Bélier étaient utilisées dans plusieurs constellations. Les étoiles les plus brillantes - Alpha, Beta et Gamma Arietis - formaient une constellation appelée Lou (婁), diversement traduite par "lien", "lasso" et "faucille",  et qui était associée au sacrifice rituel du bétail. Ce nom était partagé par le 16e loge lunaire, l'emplacement de la pleine lune le plus proche de l'équinoxe d'automne. La loge lunaire représentait la zone où les animaux étaient rassemblés avant le sacrifice. Cette constellation a également été associée au moment de la récolte car elle pouvait représenter une femme portant un panier de nourriture sur la tête. 35, 39 et 41 Arietis faisaient partie d'une constellation appelée Wei (胃), qui représentait un gros ventre et était l'homonyme de la 17e loge lunaire, qui représentait des greniers. Delta et Zeta Arietis faisaient partie de la constellation Tianyin (天 陰), censée représenter le partenaire de chasse de l'empereur. Zuogeng (左 更), une constellation représentant un inspecteur des marais et des étangs, était composée de Mu, Nu, Omicron, Pi et Sigma Arietis. Il était accompagné de Yeou-kang, une constellation représentant un fonctionnaire chargé de la distribution des pâturages. 

Dans un système similaire aux Chinois, la première loge lunaire de l'astronomie hindoue s'appelait "Aswini", du nom traditionnel de Beta et Gamma Arietis, les Aśvins ou Ashwini Kumaras अश्विन्, les "possesseurs de chevaux", également orthographié Ashvins, qui sont des dieux védiques jumeaux de la médecine dans la mythologie hindoue. Associés à l'aube, ils sont décrits comme de jeunes cavaliers jumeaux divins dans le Rigveda, voyageant dans un char tiré par des chevaux qui ne sont jamais fatigués. Parce que le nouvel an hindou commençait avec l'équinoxe vernal, le Rig Veda (ancienne collection indienne d'hymnes védiques sanskrits, l'un des quatre textes canoniques sacrés (śruti) de l'hindouisme connus sous le nom de Vedas) contient plus de 50 hymnes liés aux jumeaux, ce qui en fait les personnages parmi les plus importants de l'œuvre. Le Bélier lui-même était connu comme "Aja" et "Mesha".

 

Dans l'astronomie hébraïque, le Bélier était nommé "Taleh"; il signifiait Simeon ou Gad, et symbolise généralement "l'Agneau du Monde". Les Syriens voisins ont nommé la constellation "Amru", et les Turcs limitrophes l'ont appelée "Kuzi".

À l'autre bout du monde, aux Îles Marshall, plusieurs étoiles du Bélier ont été incorporées dans une constellation représentant un marsouin, avec des étoiles de Cassiopée, d'Andromède et du Triangle. Alpha, Beta et Gamma Arietis en formaient la tête , tandis que les étoiles d'Andromède formaient le corps et que les étoiles brillantes de Cassiopée en formaient la queue. D'autres peuples polynésiens ont reconnu le Bélier comme une constellation. Les insulaires des Marquises l'appelaient Na-pai-ka; la constellation maorie Pipiri peut également correspondre au Bélier moderne.

Dans l'astronomie péruvienne indigène existait une constellation avec la plupart des étoiles du Bélier, appelée la "Lune du Marché" et la "Terrasse où s'agenouiller", qui rappelait quand tenir le festival annuel des récoltes, Ayri Huay. 

Bélier

Gravure du 17e siècle du Bélier extraite de l'Uranométrie, un atlas d'étoiles publié en 1603 par l'astronome allemand Johann Bayer (Uranometria Omnium Asterismorum). Il contenait un total de 51 cartes d'étoiles, tracées en utilisant les observations les plus précises de l'époque. Ce fut le premier atlas d'étoiles à utiliser des grilles de référence sur ses cartes, et le premier à utiliser des lettres grecques pour identifier des étoiles individuelles, bien qu'il ait conservé les représentations mythologiques traditionnelles des constellations.

Les étoiles du Bélier

Hamal

α Arietis est l'étoile la plus brillante de la constellation avec une magnitude visuelle apparente de 2,0. Elle est située à environ 65,8 années-lumière (20,2 parsecs).

Son nom traditionnel Hamal (également écrit Hemal, Hamul, Ras Hammel) est une translittération de l'arabe رأس الحمل rās al-ħamal « la tête du bélier », provenant du nom de la constellation dans son ensemble, Al Ħamal « le bélier ». En chinois, son nom était la Troisième Etoile du Lien (婁 宿 三, Lóu Su sān), en rapport avec l’astérisme du Lien (婁 宿, Lóu Su), composé de α Arietis, β Arietis et γ Arietis.

Son spectre est de type K2 III Ca-1, la classe de luminosité de III indiquant qu'il s'agit d'une étoile géante évoluée qui a épuisé l’hydrogène en son cœur et se trouve maintenant sur la branche des géantes rouges. La partie «Ca-1» de la classification indique qu'elle présente des raies de calcium plus faibles que la normale dans son spectre. Depuis 1943, son spectre a servi de point d'ancrage stable. Sa masse est estimée à environ 50% de celle du Soleil, et son diamètre est 15 fois plus grand. Elle tourne avec une vitesse azimutale équatoriale légèrement plus rapide que le Soleil, sa vitesse de rotation projetée étant de 3,44 km/s.

Son rayonnement est environ 91 fois plus intense que celui du Soleil avec une température effective de 4 480 K, ce qui lui donne la lueur orange d'une étoile de type K. Elle est légèrement variable, avec une amplitude de 0,06 magnitude. Sa métallicité n'est qu'environ la moitié de celle du Soleil.

En 2011, la présence probable d'une planète en orbite autour de cette étoile a été signalée par une équipe Coréenne en utilisant la méthode des vitesses radiales. L'objet a une période orbitale de 381 jours et une excentricité de 0,25. La limite inférieure de la masse de cet objet est environ 1,8 fois la masse de Jupiter. Le demi-grand axe estimé de l'orbite de la planète est de 1,2 unité astronomique (UA), ce qui lui donnerait un périapse à 0,9 UA et un apoapse de 1,5 UA. Par comparaison, l'étoile a un rayon de 0,07 UA.

 

 

Sheratan

β Arietis est la deuxième étoile la plus brillante de la constellation du Bélier, marquant la deuxième corne du bélier. Elle porte également la désignation Flamsteed 6 Arietis.

Son nom traditionnel Sheratan (ou Sharatan, Sheratim), au complet Al Sharatan, est une translittération de l'arabe الشرطان aš-šaraţān « Les Deux Signes", une référence à l'étoile ayant marqué l'équinoxe vernal du nord avec Gamma Arietis il y a plusieurs milliers d'années.  En chinois, son nom était la Première Etoile du Lien (婁 宿 一, Lóu Su yī), en rapport avec l’astérisme du Lien (婁 宿, Lóu Su), composé de α Arietis, β Arietis et γ Arietis.

 

Située à une distance de 59,6 années-lumière (18,3 parsecs), elle a une magnitude visuelle apparente de 2,66. Il s'agit d'un système binaire spectroscopique avec une orbite hautement elliptique tous les 107 jours.

L'étoile primaire a une classification stellaire A5 V, ce qui signifie qu'il s'agit d'une étoile de la séquence principale de type A qui génère de l'énergie grâce à la fusion thermonucléaire de l'hydrogène dans son noyau. Le spectre de l'étoile secondaire n'a pas été déterminé, mais, en se fondant sur sa masse, il pourrait avoir une classification stellaire de type F5 III V ou G0 V. Elle est d'environ quatre magnitudes plus faible que le primaire; par conséquent, la production d'énergie du système est dominée par l'étoile primaire. Dans quelques millions d'années, alors que le primaire aura évoluer en géante rouge, il se produira probablement des transferts de masse importants vers le composant secondaire.

Le primaire est un rotateur rapide, avec une vitesse de rotation projetée de 73 km/s. Il semble s'agir d'une étoile légèrement Am, qui est une classe d'étoiles qui montrent un spectre particulier avec de fortes raies d'absorption de divers éléments et des carences dans d'autres. Pour  β Arietis, ces raies d'absorption sont élargies en raison de l'effet Doppler de la rotation, ce qui rend l'analyse des modèles d'abondance difficile.

 

Mesarthim

γ Arietis est une étoile binaire dont les composants sont appelés γ¹ Arietis (ou Gamma Arietis B) et γ² Arietis (ou Gamma Arietis A, le composant officiellement dénommé Mesarthim). La magnitude visuelle apparente combinée des deux étoiles est de 3,86, ce qui la rend facilement visible à l'œil nu et en fait la quatrième étoile la plus brillante de la constellation. Elle est située à environ 164 années-lumière (50 parsecs).

La nature double étoile de ce système a été découverte par Robert Hooke en 1664. Les deux composants ont une séparation angulaire de 7,606 secondes d'arc, qui peut être résolue avec un petit télescope. La période orbitale de la paire est supérieure à 5000 ans. Le composant le plus brillant, γ² Arietis, est une étoile Lambda Boötis (cad. chimiquement particulière) avec une classification stellaire de A1p Si et une magnitude de 4,64. Elle est classée comme variable de type α² CVn et sa luminosité varie de 0,04 magnitude avec une période de 2,61 jours. Le secondaire, γ¹ Arietis, est une étoile de la séquence principale de type B de magnitude 4,58 avec une classification stellaire de B9 V.

Gamma Arietis était appelée "la Première Etoile du Bélier" car ayant été à un moment donné l'étoile visible la plus proche du point de l’équinoxe.

Si elle porte aujourd’hui le nom traditionnel de Mesarthim, à l'origine elle partageait le nom de Sheratan avec Beta Arietis. Cependant, son nom a été dégradé en « Sartai » dans les manuscrits médiévaux, que Bayer pensait à tort être le terme grammatical hébreu מְשָׁרְתִים mᵉshārᵉthīm « serviteurs », puis les érudits reprirent plus tard ce terme.  En chinois, son nom était la Deuxième Etoile du Lien (婁 宿 二, Lóusù Èr), en rapport avec l’astérisme du Lien (婁 宿, Lóu Su), composé de α Arietis, β Arietis et γ Arietis. Dans l'astrologie hindoue, Gamma Arietis et Beta Arietis (Sheratan) sont les Ashvins, les divinités jumelles rigvédiques qui agissent en tant que médecins du divin du monde.

Aries, bélier, Constellation, Bode, Ciel de Nuit

le Bélier vu par l'astronome allemand Johann Elert Bode (1747-1826) en 1801. Sur 20 grandes gravures sur cuivre Bode a inclus plus de 17 000 étoiles, bien plus que n'importe quel atlas précédent. Il y a représenté plus de 100 constellations, contre 88 officiellement reconnues aujourd'hui. Certains qui sont apparus dans cet atlas pour la première fois, mais qui ne sont pas officiellement reconnus aujourd'hui, comprennent le chat, la presse à imprimer, le ballon Montgolfier et le générateur électrique (constellations alors récemment inventées par Hevelius et Lacaille). Bode avait également inclus 2 500 « nébuleuses », cataloguées par William Herschel.

essaims météoritiques DU BELIER

Les ARIETIDES diurnes (171 ARI)

Les Ariétides diurnes sont une forte pluie de météoroïdes qui dure de mai à début juillet avec un pic début juin de chaque année. Les Ariétides, avec les Zeta Perséides, sont les pluies de météoroïdes diurnes les plus intenses de l'année. L'origine de l'essaim est inconnue, mais les scientifiques soupçonnent qu'elle provient de l'astéroïde 1566 Icarus, bien que l'orbite corresponde également à 96P / Machholz.

Découverte pour la première fois à l'observatoire de Jodrell Bank en Angleterre au cours de l'été 1947, cette pluie apparaît lorsque la Terre traverse une partie dense de deux courants de météoroïdes interplanétaires qui proviennent des constellations du Scorpion et de Persée, produisant en moyenne 60 étoiles filantes par heure.  Cependant, comme ces deux constellations sont très proches du Soleil lorsque ces pluies atteignent leur apogée, elles sont difficiles à voir à l'œil nu (le radiant est localisé 30° à l’Ouest du Soleil). Certains des premières étoiles filantes sont visibles très tôt le matin.

Les Epsilon Ariétides (154 DEA)

Pluie de faible intensité survenant de fin avrilà fin mai Taux Zénithal horaire faible.

Les Ariétides de mai (294 DMA)

Pluie de faible intensité survenant de début mai à début juin avec pic mi mai. Taux Zénithal horaire faible.

pluies atteignent leur apogée, elles sont difficiles à voir à l'œil nu. Certains des premières étoiles filantes sont visibles très tôt le matin, généralement une heure avant l'aube. Les météoroïdes frappent l'atmosphère terrestre à une vitesse d'environ 39 km/s. 

Aries UAI.jpg

Roger Sinnott & Rick Fienberg, Sky and Telescopes